Hexanchus sp.

DESCRIPTION:

L’une des dents (fig.1b) récoltées à Cabrières a perdu sa cuspide principale, 6 denticules distaux de taille décroissante vers l’arrière sont néanmoins visibles, la dent est légèrement arquée en vue occlusale, sa racine est aplatie du côté labial et présente un bombement antéro-postérieur au milieu de la face linguale. La dent mesure 11 mm de long et 5 mm de hauteur maximale. L’autre dent (fig.1c) mesure 10 mm x 4 mm , la cuspide principale est usée mais possède de fines dentelures à la base du tranchant mésial, elle est suivie de 6 denticules distaux. Ces deux dents sont des dents latérales de la mâchoire inférieure.

Une dent supérieure, incomplète, provenant de Cabrières montre une cuspide principale plus érigée et plus haute que les 3 cuspides accessoires, de taille décroissante. Sur le tranchant mésial de la cuspide principale, on peut observer de faibles dentelures. Le fragment mesure 9,5 mm de long pour 5 mm de haut.

Dans le matériel récolté à Cucuron figurent 3 dents, deux de la mâchoire supérieure et une de la mâchoire inférieure. L’inférieure (fig.1a et 1a') est une dent latérale, elle mesure 13 mm de long et 6 mm de haut. La cuspide principale est à peine plus haute que les 6 denticules distaux (il en manque sans doute un). Elle présente des dentelures à la base du tranchant mésial de la cuspide principale.

L’une des dents supérieures (fig.1d) mesure 5 mm de haut et 2,5 mm de large, il s’agit d’une dent proche de la symphyse (1ère ou 2ème file), sa face basilaire est aplatie, la cuspide est élancée, oblique; l’autre, de 6 mm de haut, porte de très fines dentelures à l’avant de la cuspide principale, inclinée vers la commissure, et une cuspide secondaire (4ème ou 5ème file).

DISCUSSION:

Cette espèce, à ma connaissance, n’a jamais été citée ou figurée dans le Miocène du Sud-Est de la France.

Ces dents sont très semblables aux dents de H. agassizi CAPPETTA, 1976, espèce signalée dans l’Eocène inf. d’Angleterre, l’Eocène du New Jersey et d’Australie et dans l’Oligocène d’Australie et de Russie. Elles ressemblent aussi aux dents figurées par MENESINI E. en 1969 (Pl. 1, fig. 1-6, non 5) sous le nom de Notidanus primigenius AGASSIZ, 1843 en provenance du Tortonien des Pouilles (Italie). La ressemblance est grande, enfin, avec l’espèce actuelle H. nakamurai TENG, 1962 figurée par HERMAN en 1994. Celui-ci propose la distinction de 3 espèces actuelles selon la morphologie des dents: H. griseus BONNATERRE, 1788, H. vitulus SPRINGER & WALLER, 1969 et H. nakamurai.

La petite taille, le nombre relatif de denticules distaux, la racine basse, la présence de fines dentelures sur la base du tranchant mésial de la cuspide principale (caractère n’apparaissant pas chez les jeunes H. griseus), la cuspide principale à peine plus haute que le premier denticule distal des dents inférieures latérales font que c’est avec l’espèce H. nakamurai TENG, 1962 que ces dents présentent le plus d’affinités.